topblog Ivoire blogs

30/09/2010

Discours Président Obama sur les OMD

article_economie_de_carburant_barack_obama.jpg

Je vous propose de (re)lire ma traduction du discours du Président américain au Sommet du 22 septembre dernier sur les ODM. Dans cette adresse, M. Obama touche des points qui me paraissent déterminants pour le développement des pays africains, notamment la nécessité pour chaque individu et chaque pays de se prendre en charge par son travail. Et cela passe, bien évidemment, par la création des conditions propices à l’entrepreneuriat. Pour ceux qui lisent l’anglais, cliquer ici… Bonne lecture !

« Bon après-midi. Monsieur le Secrétaire Général, collègues délégués, Mesdames et Messieurs.

Dans la Charte de l'Organisation des Nations Unies, nos pays se sont engagés à travailler pour «la promotion du progrès économique et social de tous les peuples. » Dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, nous avons reconnu la dignité inhérente et les droits de chaque individu, y compris le droit à un niveau de vie décent. Et il y a une décennie, à l'aube d'un nouveau millénaire, nous avons fixé des objectifs concrets pour délivrer nos semblables, hommes, femmes et enfants de l'injustice de la pauvreté extrême.

Ce sont les normes que nous fixons. Et aujourd'hui, nous devons nous demander : Sommes-nous à la hauteur de nos responsabilités mutuelles ?

Je soupçonne que certains dans les pays riches peuvent demander, avec nos économies en difficulté, tant de gens sans travail, et ainsi de nombreuses familles qui s'en sortent à peine, pourquoi un sommet sur le développement? Et la réponse est simple. Dans notre économie mondiale, des progrès, même dans les pays les plus pauvres peuvent faire avancer la prospérité et la sécurité des personnes bien au-delà de leurs frontières, y compris mes concitoyens américains.

Quand un enfant meurt d'une maladie évitable, cela choque toutes nos consciences. Quand une fille est privée d'une éducation ou sa mère se voit refuser l'égalité des droits, cela porte atteinte à la prospérité de leur nation. Quand un jeune entrepreneur ne peut pas démarrer une nouvelle entreprise, cela fait obstacle à la création d'emplois et de nouveaux marchés dans le pays de cet entrepreneur, mais aussi dans le nôtre. Lorsque des millions de pères ne peuvent subvenir à aux besoins de leurs familles, cela nourrit le désespoir qui peut alimenter l'instabilité et l'extrémisme violent. Quand une maladie n'est pas contrôlée, elle peut mettre en danger la santé de millions de personnes dans le monde.

 

Donc, il faut mettre au rebut le vieux mythe selon lequel le développement est la simple charité qui ne sert pas nos intérêts. Et nous allons rejeter le cynisme qui veut que certains pays soient condamnés à la pauvreté perpétuelle, car le dernier demi-siècle a été témoin de plus de gains en matière de développement humain qu'à aucun autre moment dans l'histoire. Une maladie qui avait ravagé les générations, la variole, a été éradiquée. Les soins de santé ont atteint les coins reculés de la planète, pour sauver la vie de millions de gens. De l'Amérique latine à l'Afrique et à l'Asie, des pays en développement se sont transformés en chefs de file dans l'économie mondiale.

Personne ne peut nier les progrès qui ont été accomplis vers la réalisation de certains Objectifs du Millénaire pour le développement. Les portes de l'éducation ont été ouvertes à des dizaines de millions d'enfants, garçons et filles. Les nouveaux cas de VIH / SIDA, de paludisme et de tuberculose sont en baisse. L'accès à l'eau potable est en place. Partout dans le monde, des centaines de millions de personnes ont été sorties de la pauvreté extrême. Tout cela est bien, et c'est un témoignage de l'extraordinaire travail qui a été fait dans les pays et par la communauté internationale.

Mais nous devons aussi faire face au fait que les progrès vers d'autres objectifs qui ont été définis n’ont pas un rythme suffisant. Pas pour les centaines de milliers de femmes qui perdent leur vie chaque année tout simplement en donnant la vie. Pas pour les millions d'enfants qui meurent de l'agonie de la malnutrition. Pas pour près d'un milliard de personnes qui endurent la misère de la faim chronique.

C'est la réalité à laquelle nous devons faire face. Si la communauté internationale ne cesse de faire les mêmes choses de la même manière, nous pouvons faire des progrès modestes ici et là, mais nous allons manquer de nombreux objectifs de développement. C'est la vérité. 10 ans après la fixation des objectifs à seulement cinq ans de l’échéance, nous devons faire mieux.

Maintenant, je sais que pour les communautés et les pays, réaliser un avenir meilleur n'est pas facile. Je l'ai vu dans ma propre vie. Je l'ai vu chez ma mère, comme elle a travaillé pour aider les populations rurales pauvres, de l'Indonésie au Pakistan. Je l'ai vu dans les rues de Chicago, où j'ai travaillé comme organisateur communautaire pour essayer de construire des quartiers défavorisés dans ce pays. C'est un travail difficile. Mais je sais que des progrès sont possibles.

En tant que président, j'ai dit clairement que les États-Unis feront leur part. Ma stratégie de sécurité nationale reconnaît le développement non seulement comme un impératif moral, mais un impératif stratégique et économique. La Secrétaire d'État (Hilary) Clinton mène une étude pour renforcer et mieux coordonner notre diplomatie et nos efforts de développement. Nous avons renoué avec les institutions multilatérales de développement. Et nous rebâtissons l'Agence américaine pour le développement international en tant qu'institution mondiale de développement de premier ordre. En bref, nous nous assurons que les États-Unis seront un leader mondial dans le développement international au 21e siècle.

Nous reconnaissons également, toutefois, que les anciennes méthodes ne suffiront pas. C'est pourquoi au Ghana l'an dernier, j'ai appelé pour une nouvelle approche du développement qui déclenche le changement transformationnel et permet à plus de gens de prendre le contrôle de leur propre destin. Après tout, aucun pays ne veut d'être dépendant d'un autre. Aucun dirigeant fier dans cette salle ne veut demander de l'aide. Aucune famille ne veut être redevable de l'aide d'autrui.

Afin de poursuivre cette vision, mon administration a effectué un examen exhaustif des programmes de développement de l'Amérique. Nous avons écouté les dirigeants du gouvernement, les ONG et la société civile, le secteur privé et de la philanthropie, le Congrès et nos nombreux partenaires internationaux.

Et aujourd'hui, j'annonce notre nouvelle politique du développement mondial des États-Unis - la première en son genre par l'administration américaine. Elle est enracinée dans l'engagement durable de l'Amérique en faveur de la dignité et du potentiel de chaque être humain. Et elle décrit notre approche nouvelle et les nouvelles idées qui guideront nos efforts de développement global, y compris le plan que j'ai promis l'année dernière et que mon administration a livré à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. En d'autres termes, nous changeons la façon dont nous exerçons nos activités.

Tout d'abord, nous allons changer la façon dont nous définissons le développement. Pendant trop longtemps, nous avons mesuré nos efforts par les dollars que nous avons prêtés, la nourriture et les médicaments que nous avons livrés. Mais l'aide n'est pas à lui seul le développement. Le développement est effectivement aider les nations à se développer, le déplacement de la pauvreté à la prospérité. Et nous avons besoin de plus que l'aide pour libérer ce changement. Nous devons exploiter tous les outils à notre disposition - à partir de notre diplomatie, nos politiques commerciales et nos politiques d'investissement.

Deuxièmement, nous changeons notre façon de voir le but ultime du développement. Nous mettions l'accent sur l'aide pour sauver des vies à court terme, mais il n'a pas toujours amélioré ces sociétés sur le long terme. Pensez aux millions de personnes qui ont compté sur l'aide alimentaire depuis des décennies. Ce n'est pas le développement, c'est la dépendance, et c'est un cycle que nous devons briser. Au lieu de simplement gérer la pauvreté, nous avons à offrir aux nations et aux peuples une voie pour sortir de la pauvreté.

Maintenant, laissez-moi être clair, les États-Unis d'Amérique ont été, et resteront, le leader mondial dans la fourniture de l'aide. Nous n'abandonnerons pas ceux qui dépendent de nous pour aider à sauver des vies - qu'il s'agisse d'aliments ou de médicaments. Nous tiendrons nos promesses et nos engagements.

En fait, mon administration a augmenté son assistance aux pays les moins développés. Nous travaillons avec des partenaires pour enfin éradiquer la polio. Nous nous appuyons sur les efforts de mon prédécesseur pour continuer à augmenter les fonds pour combattre le VIH / SIDA, l'augmentation de ces fonds à des niveaux record - et cela inclut le renforcement de notre engagement envers le Fonds mondial pour le sida, la tuberculose et le paludisme. Et nous poursuivrons en temps de crise, comme nous l'avons fait depuis le tremblement de terre en Haïti et les inondations au Pakistan.

Mais le but du développement - ce qui a le plus besoin en ce moment - est de créer les conditions où l'assistance n'est plus nécessaire. Nous allons donc chercher des partenaires qui veulent construire leur propre capacité subvenir aux besoins de leur population. Nous chercherons à obtenir un développement durable.

Et s'appuyant en partie sur les leçons de la Millenium Challenge Corporation, qui a aidé des pays comme El Salvador à construire des routes rurales et accroître les revenus de ses habitants, nous allons investir dans la capacité des pays qui démontrent leur engagement envers le développement.

En nous souvenant des leçons de la révolution verte, nous élargissons la collaboration scientifique avec d'autres pays, et en investissant dans la science et de nouvelles technologies pour aider dans le développement.

Par exemple, au lieu de se contenter de traiter le VIH / sida, nous avons investi dans la recherche de pointe pour finalement développer un moyen d'aider des millions de femmes à éviter d'être infectées en premier lieu.

Au lieu de simplement distribuer des aliments, notre initiative de sécurité alimentaire est d'aider les pays comme le Guatemala, le Rwanda et le Bangladesh à développer leur agriculture et améliorer les rendements et aider les agriculteurs à commercialiser leurs produits.

Au lieu de simplement fournir la médecine, notre Global Health Initiative aide aussi les pays comme le Mali et le Népal à mettre en place des systèmes de santé plus fort et à mieux dispenser des soins. Et avec l'assistance financière et technique, nous allons aider les pays en développement embrasser les technologies d'énergie propre dont ils ont besoin pour s'adapter au changement climatique et poursuivre leur croissance à faible intensité carbonique.

En d'autres termes, nous voulons qu'il soit clair que nous travaillerons en partenariat avec les pays qui sont prêts à prendre les devants. Parce que les jours où le développement a été dicté par les capitales étrangères doivent prendre fin.

Cela m'amène à un troisième pilier de notre nouvelle approche. Pour déclencher le changement transformationnel, nous mettons un accent nouveau sur la force la plus puissante que le monde ait jamais connue pour éradiquer la pauvreté et créer des possibilités. C'est la force qui a transformé la Corée du Sud à partir d'une situation de bénéficiaire de l'aide à celle de donateur de l'aide. C'est la force qui a soulevé le niveau de vie entre le Brésil et l'Inde. Et c'est la force qui a permis à des pays émergents d'Afrique comme l'Ethiopie, le Malawi et le Mozambique de défier la chance et faire de réels progrès vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, alors même que certains de leurs voisins - comme la Côte d'Ivoire - ont pris du retard.

La force dont je parle est une large croissance économique. Maintenant, tous les pays poursuivront leur propre chemin vers la prospérité. Mais des décennies d'expérience nous disent qu'il y a certains ingrédients sur lesquels une croissance durable et du développement durable reposent.

Nous savons que les pays sont plus susceptibles de prospérer quand ils encouragent l'esprit d'entreprise, quand ils investissent dans leur infrastructure; quand ils développent le commerce et l'investissement étranger. Nous allons donc en partenariat avec des pays comme la Sierra Leone, créer des environnements d'entreprise qui sont attrayants pour les investissements, et qui ne l’effraient pas. Nous allons travailler pour faire tomber les barrières au commerce régional et exhorter les nations à ouvrir leurs marchés aux pays en développement. Nous allons continuer à pousser pour un cycle de Doha qui soit ambitieux et équilibré - qui ne fonctionne pas seulement pour les grandes économies émergentes, mais pour toutes les économies.

Nous savons aussi que les pays sont plus susceptibles de prospérer lorsque les gouvernements sont responsables devant leur peuple. Nous sommes donc à la tête d'un effort mondial visant à lutter contre la corruption, qui, dans de nombreux endroits est le principal obstacle à la prospérité, et qui est une violation grave des droits de l'homme. C'est pourquoi nous exigeons maintenant des compagnies pétrolières, gazières et minières qui désirent lever des capitaux aux États-Unis de divulguer tous les paiements qu'elles versent aux gouvernements étrangers. Et c'est pourquoi j'ai exhorté le G20 à mettre la corruption sur son ordre du jour et à rendre plus difficile pour les fonctionnaires corrompus de voler leurs propres peuples et freiner ainsi le développement de leur nation.

Les États-Unis vont concentrer leurs efforts de développement sur les pays comme la Tanzanie qui favorisent la bonne gouvernance et la démocratie, la primauté du droit et de l'administration équitable de la justice, des institutions transparentes avec des sociétés civiles fortes et le respect des droits de l'homme. Parce que sur le long terme, la démocratie et la croissance économique vont de pair.

Nous allons tendre la main aux pays en transition de l'autoritarisme à la démocratie et de la guerre à la paix. Le peuple du Libéria, par exemple, montre que même après des années de guerre, de grands progrès peuvent être réalisés. Et comme d'autres montrent le courage de mettre la guerre derrière eux - y compris, nous l'espérons, le Soudan - les États-Unis se tiendront aux côtés de ceux qui cherchent à construire et à maintenir la paix.

Nous savons aussi que les pays sont plus susceptibles de prospérer quand ils renforcent les talents de tous leurs citoyens. Et c'est pourquoi nous investissons dans la santé, l'éducation et les droits des femmes, et cherchons à responsabiliser la prochaine génération de femmes entrepreneurs et leaders. Parce que quand les mères et les filles ont accès à des possibilités, c'est alors que les économies se développent, c'est alors que la gouvernance s'améliore.

Et c'est pourquoi nous nous associons avec les jeunes, qui dans de nombreux pays en développement sont plus de la moitié de la population. Nous sommes en pleine expansion des échanges éducatifs, comme celui qui a permis à mon père de venir ici en Amérique du Kenya. Et nous aidons les jeunes entrepreneurs à réussir dans une économie mondialisée.

Et comme le dernier pilier de notre nouvelle approche, nous allons insister sur une plus grande responsabilité - à partir de nous-mêmes et des autres. Nous insistons sur la responsabilité mutuelle.

Pour notre part, nous allons travailler avec le Congrès afin de mieux faire correspondre nos investissements avec les priorités de nos pays partenaires. Par la preuve, nous allons investir dans des programmes de travail. Nous devons avoir un grand cœur mais aussi la tête dure dans notre approche du développement.

Aux collègues pays donateurs : Honorons nos engagements respectifs. Nous allons nous résoudre à mettre un terme à de vaines promesses qui ne sont pas conservées. Engageons-nous à la même transparence que nous attendons des autres. Passons au-delà de l'ancien, le débat n’est plus plus seulement combien d'argent nous dépensons, mais il faut mettre l'accent sur les résultats - si nous voulons effectivement apporter des améliorations dans la vie des gens.

Maintenant, pour les pays en développement, ce doit être votre moment de responsabilité. Nous voulons que vous prospériez et réussissiez - ce n'est pas seulement dans votre intérêt, c’est également dans notre intérêt. Nous voulons vous aider à réaliser vos aspirations en tant que nations et les individus dans chacun de vos pays.

Mais il n'existe aucun substitut pour votre leadership. Seuls vous et votre peuple pouvez faire les choix difficiles qui vont libérer le dynamisme de votre pays. Vous seuls pouvez faire les investissements durables qui améliorent la santé et le bien-être de votre peuple. Vous seuls pouvez livrer votre pays à un plus prospère et plus juste avenir. Nous pouvons être des partenaires, mais finalement vous avez à prendre les devants.

Enfin, permettez-moi de dire ceci. Aucune nation ne peut tout faire partout et toujours le faire bien. Pour atteindre nos objectifs, nous devons être plus sélectifs et concentrer nos efforts là où nous avons les meilleurs partenaires et où nous pouvons avoir le plus d'impact. Et de même que ce travail ne peut être fait par un seul gouvernement, il ne peut pas être l'œuvre des seuls gouvernements. En fait, les fondations, le secteur privé et les ONG sont des engagements historiques qui ont redéfini ce qui est possible.

Et cela nous donne l'occasion de forger une nouvelle division du travail pour le développement au 21e siècle. Il s'agit d'une division du travail où, au lieu de double emploi d'inefficacité, les gouvernements et les organisations multilatérales et les ONG travaillent ensemble. Nous faisons chacun la pièce que nous faisons le mieux - comme nous le faisons, par exemple, pour soutenir le plan de la sécurité alimentaire au Ghana, ce qui aidera plus d'agriculteurs à obtenir davantage de biens sur le marché et gagner plus d'argent pour soutenir leurs familles.

Voilà donc, le progrès est possible. Ensemble, nous pouvons collaborer de manière inimaginable il y a quelques années. Ensemble, nous pouvons réaliser l'avenir que personne ne peut réaliser seul. Ensemble, nous pouvons faire des sauts historiques dans le développement. Nous pouvons le faire. Mais seulement si nous avançons avec le sérieux et le sens du but commun qu'exige le moment.

Un développement qui offre une voie pour sortir de la pauvreté pour cet enfant qui mérite mieux. Un développement qui renforce la capacité des pays à offrir des soins de santé et d'éducation dont leurs populations ont besoin. Un développement qui libère plus de prospérité et construit la prochaine génération d'entrepreneurs et les économies émergentes. Un développement qui s'enracine dans la responsabilité, la responsabilité mutuelle et partagée, la plupart de tous, des résultats concrets qui tirent les communautés et les pays de la pauvreté à la prospérité.

Tels sont les éléments de la nouvelle approche de l'Amérique. C'est le travail que nous pouvons faire ensemble. Et cela peut être notre plan - non seulement pour répondre à nos objectifs du Millénaire pour le développement, mais pour les dépasser, et puis les maintenir pour les générations à venir.

Merci beaucoup, tout le monde. Je vous remercie. »

Barak Obama,

Président des Etats-Unis d'Amérique

Traduction : Ch@rlie


Source: allerdelavant.ivoire-blog.com

L'INFLUENCE

 

« Nous influençons les humeurs de nos semblables, pour le meilleur et pour le pire, et c'est parfaitement naturel. » Daniel Goleman


L’influence d’un individu est la mesure de son leadership. Pour mieux comprendre et savoir si notre potentiel de leader est grand ou moindre, il faut que nous comprenions la portée de l’influence.

Chacun de nous influence quelqu'un

Les sociologues affirment que même l'être le plus introverti influencera au cours de sa vie dix mille personnes ! Ainsi, chacun de nous dirige un jour ou l'autre dans certains domaines, tandis que dans certains autres nous sommes dirigés. La vérité, c'est que qu'on le veuille ou non, nous influençons, nous sommes influençables et nous sommes influencés.

Nous ne savons jamais qui nous influençons ni dans quelle mesure nous l'influençons

La façon la plus efficace de comprendre le pouvoir de l'influence, c'est de songer aux périodes où vous avez été marqués par l'influence d'une personne ou d'un évènement.

Notre vie se compose d'êtres influents qui, chaque jour, nous laissent leurs impressions et contribuent ainsi à faire de nous les personnes que nous sommes.

 

« Il existe des rencontres d'un instant qui laissent des impressions pour la vie, pour l'éternité. Personne ne peut comprendre cette chose mystérieuse que nous appelons l'influence ; pourtant chacun de nous exerce son influence, soit pour guérir, pour bénir, pour embellir, soit pour blesser, pour faire mal, pour empoisonner, pour souiller les vies d'autrui. » JR.Miller

Nous devenons ainsi responsables de l’influence que nous libérons sur ceux que nous influençons

Quel exemple donnons-nous à nos frères, à nos sœurs, à nos amis et connaissances, à la société ? A un certain niveau, il ne nous est plus permis de « nous laisser aller », par lassitude ou par envie d’autres sensations. Le choix du leadership est une vocation, voilà pourquoi il s’exprime plus aisément dans les organisations sans but lucratif. Il s’agit d’un leadership responsable.

On devient leader par choix, le choix de devenir un modèle et d’apporter un impact productif et durable, destiné à valoriser les hommes et laisser un héritage qui inspire l’humanité.

 

Pour y arriver, il faut recevoir la clé d'ACCES que nous vous montrerons la semaine prochaine.90607974.jpg

 

 

Inspiré de "Développez votre leadership" de John Maxwell

 

 

 

MK