topblog Ivoire blogs

10/12/2010

YEB:LET BYGONES BE BYGONES

 

LET BYGONES BE BYGONES


Chers amis, je suis heureux de constater que la Côte d'Ivoire est en train de sortir résolument de la crise. A l'heure actuelle on n'envisage plus de retour en arrière (U-turn). La réconciliation et la paix sont en face de nous. L’accord politique (political agreement) de Ouagadougou a été signé. Les élections viennent d'avoir lieu (have just taken place), tout est bien qui finit bien (traduisez-le comme vous l'entendez).


Il semble cependant (yet it seems that) que nous ayons en ce moment (currently) deux Présidents, mais ça, ce n'était pas prévu (planned) dans le processus et en gardant la confiance en Dieu et en la Côte d'Ivoire, nous envisageons (contemplate) l'avenir (the future) du pays sans tenir compte (without taking into account) de cet incident.


Nos frères, nos amis, nos parents qui sont tombés, et je pense notamment à mon fils Chandler que je continue d'aimer infiniment qui a combattu vaillamment le combat de la foi jusqu'à sa dernière heure, doivent être honorés. Et nous devons prendre l'engagement (commitment) de faire de notre pays, une terre d'exceptionnel, de paix et de développement.


Pour ce qui est de nos rancœurs, aidez-moi à dire :

LET BYGONES BE BYGONES: Ce qui est passé est passé.

TS

28/10/2010

YOUR ENGLISH BREAD:DO YOU MEAN IT ?

 

DO YOU MEAN IT ?

 

Vous savez parfois dans la vie, Il vaut mieux éviter d’être trop, trop sûr de soi (bold). NOTAMMENT à l’égard des parents. Bien souvent ils finissent par avoir raison (they are eventually right) sur nous. ALORS, PRUDENCE !


 

C’est ce que j’ai compris quand j’allais à l’université. J’avais un examen et je risquais d’être en retard (I was likely to be late) si je n’empruntais pas un taxi (unless I take a taxi). J’étais pressé (I was on the rush), j’ai jeté mes affaires à l’arrière du véhicule, avant de m’y installer.

 

 

Je lisais mes cours. Et je ne parlais pratiquement pas au chauffeur si ce n’est pour lui dire ‘à gauche’, ‘à droite’.

 

A l’arrivée, je paie et je sors de là (I get out of the car), avec tous mes

kèn (my stuffs).

 

POURTANT, j’avais oublié mes deux portables (cellphones) dont un, que mon père Dominique T. m’avais remis avant d’aller en France avec cette instruction ferme : ‘Ne perds pas mon portable’.

 

Instruction à laquelle j’ai malheureusement répondu : ‘‘Toi aussi, je ne suis plus un enfant !’’ QUELLE HONTE ! (what a shame !)

 

 

Quand j’ai expliqué à ma génitrice ce qui s’est passé, elle m’a demandé :

 

‘‘ YOU MEAN IT ?’’ (Tu es sérieux ?)

 

Eh oui ! J’étais bien sérieux !!!

 

 


TS

08/10/2010

YEB: LONG TIME NO SEE

 

LONG TIME NO SEE

J’ai retrouvé en ligne, une de mes amies que j’avais perdu de vue depuis longtemps (for a long time).

Et comment ?

Eh bien, ce fut grâce à (thanks to) Facebook. C’était la première fois que je comprenais la valeur de Facebook.

Imaginez (just imagine), les amis que vous n’avez pas vu depuis longtemps, qui ont changé de quartier (area) de telle sorte que vous ne savez même plus comment les retrouver. (You even don’t know how to see them again)

Et en deux ou trois gestes, vous tombez sur (come across) le vieil ami.

Pour exprimer ma joie de la revoir en ligne, j’aurais pu dire en anglais,

Hey, Long Time No See !

Eh, ça fait vieux !

Nota : cette expression n’est pas grammaticalement correcte. On estime que c’est une traduction du chinois. Mais dans  les conversations et les chats tout le monde dit : Long Time no see !

Lovely

TS