topblog Ivoire blogs

26/11/2010

YOUR ENGLISH BREAD : BEAT AROUND THE BUSH

BEAT AROUND THE BUSH


Hier lors du débat télévisé (TV debate) chaque candidat déclarait que l’autre allait l’appeler pour le féliciter (congratulate him). Comme si (as if) on ne savait pas qui allait gagner.


Je vous assure (I assure you), que je sais qui va gagner l’élection et je connais le score et les pourcentages précis de chaque candidat. VOULEZ VOUS AVOIR LA PRIMEUR DE L’INFORMATION ? (do you want to be the first to know)

 

Eh bien chers lecteurs, je suis prêt à vous la révéler (I am ready to disclose it ).

 

Ce n’est pas difficile à savoir (It’s not difficult to know), car on peut tout prévoir grâce à quelques études bien menées ? Et mes études sont confirmées par tous les visionnaires que j’ai rencontrés. lol

_Il faut bien mettre toute la chance de son coté, n’est-ce pas ? (I take no chances, shoud I ?) _


J’ai même déjà commencé à prendre contact (contact) avec l’équipe du futur Président. Autant vous le dire à présent (better tell you now), ce n’est pas celui que vous croyez. On pense souvent que la politique est aléatoire (a random walk) ! Oh que non ! La politique est scientifique ; tout y est clair et prévisible (predictable).


C’est ce qui me permet de connaître à l’avance (in advance) le nom précis du candidat qui va gagner l’élection. Bon je vous le donne maintenant.

Le nom du Futur Président est… (And the next President is…)

… Une information qui ne doit pas rester cachée.


Bref, chers amis, ce que je fais s’appelle:

Beat around the Bush !

Tourner autour du pot

 

Juste une manière de dire, que seules les urnes pourront déterminer le résultat des urnes. Seuls Dieu et les Ivoiriens savent qui sera élu.

 

Electoralement Votre

TS

15/10/2010

YEB:AT RANDOM

AT RANDOM

Nous sommes dans la période électorale.

J’apprends que les cartes créées en France par la SAGEM sont venues, classées par ordre alphabétique (in alphabetical order) .

C’est une bonne chose, me direz-vous ! Ben non ! (well, no !) Il y a un gros problème, c’est que les cartes sur le terrain ( on the spot)  ne sont pas distribuées sur une base alphabétique mais sur une base géographique.


Conséquence : les agents de la CEI seront obligés d’ouvrir les paquets, de les reclasser par zones avant de les envoyer. C’est d’ailleurs, selon certaines sources ce qui a causé le retard (delay) dans le début de l’opération.

Le risque : Imaginez que dans la précipitation (in a rush), des agents se trompent (mistake) et envoient à Korhogo des cartes destinées à des personnes de Lakota. Vous savez, on peut penser que des personnes pressées par les délais (deadlines) se

mettent à classer les cartes AT RANDOM (au hasard).


D’ailleurs (By the way dans ce contexte seulement), on a dit à mon petit frère (junior brother) qu’on ne retrouvait pas sa carte. Le pauvre, sa carte doit être en ce moment à GLAREU (un village de l’ouest de la côte d’Ivoire).

TAKE CARE

TS