topblog Ivoire blogs

05/11/2010

YOUR ENGLISH BREAD: A RUN-OFF

A Run-off

Hier j’étais à Cocody, où j’ai été témoin (I witnessed) d’une marche (March) de certains de nos compatriotes ([fellow] countryman) ivoiriens. Ils ont marché jusque devant la RTI (’’Ivorian National Television Network’’).

Ils chantaient le nom de leur candidat, chef et mentor, le Président Henri Konan BEDIE. Ils étaient environ 300 personnes, encadrées par les forces de police (police forces). Ils ont manifesté (demonstrated) comme des démocrates, sans heurts et sans casse. Puis le soir venu, ils sont rentrés chez eux!

Même si (even if) la population ne connaît pas bien les motifs de leur ‘‘démonstration’’, on peut penser que ça a un rapport avec la demande de recomptage des voix (recount of ballot papers) que le Parti (party) du Président HKB a introduite. En effet, selon le résultat du scrutin (ballot) présidentiel en Côte-d’Ivoire, le candidat HKB ne participera pas au

RUN-OFF

(second tour)

Politically Yours

(Politiquement votre)

TS

28/10/2010

YOUR ENGLISH BREAD:DO YOU MEAN IT ?

 

DO YOU MEAN IT ?

 

Vous savez parfois dans la vie, Il vaut mieux éviter d’être trop, trop sûr de soi (bold). NOTAMMENT à l’égard des parents. Bien souvent ils finissent par avoir raison (they are eventually right) sur nous. ALORS, PRUDENCE !


 

C’est ce que j’ai compris quand j’allais à l’université. J’avais un examen et je risquais d’être en retard (I was likely to be late) si je n’empruntais pas un taxi (unless I take a taxi). J’étais pressé (I was on the rush), j’ai jeté mes affaires à l’arrière du véhicule, avant de m’y installer.

 

 

Je lisais mes cours. Et je ne parlais pratiquement pas au chauffeur si ce n’est pour lui dire ‘à gauche’, ‘à droite’.

 

A l’arrivée, je paie et je sors de là (I get out of the car), avec tous mes

kèn (my stuffs).

 

POURTANT, j’avais oublié mes deux portables (cellphones) dont un, que mon père Dominique T. m’avais remis avant d’aller en France avec cette instruction ferme : ‘Ne perds pas mon portable’.

 

Instruction à laquelle j’ai malheureusement répondu : ‘‘Toi aussi, je ne suis plus un enfant !’’ QUELLE HONTE ! (what a shame !)

 

 

Quand j’ai expliqué à ma génitrice ce qui s’est passé, elle m’a demandé :

 

‘‘ YOU MEAN IT ?’’ (Tu es sérieux ?)

 

Eh oui ! J’étais bien sérieux !!!

 

 


TS

22/10/2010

YOUR ENGLISH BREAD: TRAFFIC JAM

 

TRAFFIC JAM

Comme vous le savez, la campagne électorale bat son plein (is raging je l’aurais dit comme ça) en ce moment en Côte D’Ivoire.

Les acteurs rivalisent d’ardeur. Les candidats (candidates) sont devenus les superstars de ces derniers jours. Ils occupent tout l’espace publicitaire.

Ils jouent les acteurs dans leur spots ; ils se jouent les dangereux (they show off) sur leurs affiches (posters)

Les militants (the activists) se détestent amoureusement.

Certains se prennent même à arracher les affiches les uns des autres. C’est ainsi que le cortège électoral surexcité d’un candidat s’est retrouve coincé dans un

TRAFFIC JAM

Embouteillage.

ZUT !

Ils ont continué quand même (anyway) à crier pour se galvaniser, mais au bout de 30 mn, le bouchon ne s’ouvrait pas. Dépités, on les a vus assis, flemmards (slacking off), et le comble (the icing on the CAKE)

L’embouteillage les avait retenus sous les affiches surchargées d’un adversaire souriant.

TS